cacao_safart_certi_bio_cote_marche_foret_climat_biodiv_agroforesterie_pcbm.jpg
cacao_safart_certi_bio_cote_marche_foret_climat_biodiv_agroforesterie_pcbm.jpg
Actualité - 29 mars 2021

Nitidæ crée un référentiel pour définir, mesurer et garantir les pratiques agroforestières de plus en plus sollicitées par le marché

Créer un outil collaboratif entre producteurs, recherche, secteur privé, institutions et société civile pour contribuer à la valorisation de cacao agroforestier sur les marchés et encourager l’adoption des pratiques agroforestières par les producteurs

Pourquoi un référentiel sur l'agroforesterie?

Dans le secteur de la production du cacao, l’agroforesterie apparaît comme un des leviers pertinents pour:

  • aider la conduite agronomique de parcelles (ombrage, maintien de la fertilité du sol, microclimat, gestion parasitaire...),
  • contribuer à la régénération du potentiel productif de terres post-forestières dégradées, et
  • participer au maintien de la biodiversité cultivée.
    Un système agroforestier complexe et stratifié à Gnamienkro (Soubré, 2015)

Si de nombreuses définitions de l’agroforesterie existent, aucune ne permet aujourd’hui de valoriser ce mode de production sur les marchés sur la base d'indicateurs facilement mesurables. Ce référentiel propose donc une approche permettant de valoriser ce mode de production sur les marchés mondiaux, tout en encourageant la transition des systèmes de culture "cacao plein soleil" vers des systèmes agroforestiers.

Les allégations "produit en agroforesterie" fleurissent sur le dos des paquets mais à quoi cela correspond-il? Quels sont les vrais engagements derrière? Ce terme aux contours flous pourrait-il être utilisé à partir du moment où quelques arbres seulement sont plantés avec les cacaoyers? Clarifier sa définition et faciliter sa mesure font l'objet de ce référentiel.

Pour de tels engagements, les producteurs doivent être rémunérés à travers des Paiements pour Services Environnementaux - PSE

Notre proposition, des critères simples, mesurables et utilisables par le secteur privé

Il existe une grande diversité de systèmes agroforestiers allant des plus simples (association de cacaoyers avec une espèce de fruitiers comme des orangers) aux plus complexes (association d’espèces fruitières et forestières sur plusieurs strates). Il est donc important que ce référentiel soit capable de s'adapter à la stratégie et aux objectifs des agriculteurs.

De plus, un système agroforestier étant complexe et long à mettre en place, il parait important de valoriser les efforts des producteurs qui ont amorcé une transition agroforestière et qui n’auraient pas encore atteint les critères de couvert et de diversité des systèmes agroforestiers complexes.

Le référentiel SAF-ART Système Agro-Forestier & Agriculture Régénérative de Transition est donc partagé en deux temps et permet de valoriser deux types de productions de cacao:

  • Un cacao produit dans une parcelle conduite en Système Agro-Forestier mature (SAF - Système Agro-Forestier),
  • Un cacao produit dans une parcelle en transition vers un SAF, suite à l’engagement volontaire d’un producteur dans des pratiques de l’agriculture régénérative (ART - Agriculture Régénérative de Transition).
    Un référentiel plus dynamique que normatif, visant l'évolution future plutôt que la coercition sur les pratiques passées

Les critères de contrôle retenus

Afin de répondre aux contraintes financières et opérationnelles du secteur privé et de garantir autant la fiabilité que la facilité de collecte des données permettant de caractériser le système agroforestier, deux indicateurs simples seront suivis:

  • La surface terrière (la surface terrière est une mesure de la surface occupée par les troncs des arbres au sol sur la surface de la parcelle. Elle est un bon indicateur de l’ambiance forestière d’une parcelle et peut être estimée en quelques minutes à l’aide d’un relascope) qui permet de caractériser la couverture arborée en s'épargnant des inventaires exhaustifs dont la lourdeur empêcherait la mise à l’échelle du référentiel.
  • La répartition de l’origine des arbres (rémanent/recrû spontané/plantation) qui permet de caractériser la diversité potentielle des arbres présents dans la parcelle. En effet, ces trois origines représentent des espèces différentes. Ainsi l’origine des arbres est utilisée dans ce référentiel comme un proxy pour la biodiversité afin, ici encore, de ne pas avoir à recourir à des inventaires exhaustifs.
    Mesure de la surface terrière d'une cacaoyère à Bieby pour la coopérative PCBM

Les critères agroforestiers retenus dans ce référentiel sont tirés des résultats de différents travaux scientifiques:

>> Le référentiel est consultable ci-dessous: