flamme_combustion_four_h2cp.jpg
flamme_combustion_four_h2cp.jpg
03

Plateforme Agrovalor

Une expertise de pointe et une technologie innovante facilement replicable pour valoriser les déchets issus de la transformation agro-industrielle

Nitidæ développe des projets de bioénergies pour les populations ayant peu accès a l’énergie et pour des acteurs économiques souhaitant augmenter la valeur-ajoutée liee a la transformation locale de produits bruts. Outre la production de biogaz (rural et péri-urbain) et l’amélioration des techniques d’utilisation du bois-énergie (filiere charbon de bois), nitidæ met l’accent sur « l’agrovalorisation énergétique » des déchets issus de la transformation agro-industrielle. Le défi de la valorisation des déchets : in waste we trust !

Le défi de la valorisation des déchets agro-industriels pour les pays du Sud : in waste we trust !

Engagée auprès de nombreux acteurs des filières agro-industrielles, Nitidæ a constaté que le développement des industries de transformation dans les pays du Sud peut avoir des conséquences sérieuses sur leur environnement. D’une part, la production d’énergie nécessaire aux procédés de transformation entraine une consommation intensive de bois de chauffe, impactant le couvert forestier. D’autre part, les déchets générés sont rejetés en milieu naturel, dans lequel ils se dégradent parfois très mal, polluant le sol et les eaux souterraines. Afin de répondre au mieux à ces enjeux, Nitidæ a développé une technologie innovante permettant de produire l’énergie nécessaire aux industries de transformation en réutilisant leurs déchets jusque-là non valorisés, polluants et encombrants : non seulement la quantité de déchets relâchés dans la nature est réduite, mais ces mêmes déchets produisent en plus une énergie propre et rentable qui diminue la consommation de bois… !

hor_h2cp_by_rongead.jpg

La technologie H2CP développée par Nitidæ : comment ça marche ?

Nommée «H2CP » (High Calorific Cashew Pyrolyser), cette technologie repose sur le fonctionnement d’un four à pyrolyse relié à la chaudière habituellement utilisée pour produire l’énergie thermique nécessaire aux différentes étapes de production des unités de transformation (cajou, karité, mangues séchées, etc.). Ce four à pyrolyse va permettre de chauffer la chaudière (et donc de faire fonctionner l’unité de production) sans utilisation d’autre combustible que… des coques d’anacardes, principaux déchets de la production de la noix de cajou qui, non traités, contiennent un liquide toxique dangereux pour l’homme et l’environnement. Les coques sont simplement injectées dans l’environnement très chaud du réacteur (jusqu’à 1,000°C). En absence d’oxygène, elles se transforment en biocharbon et libèrent une partie de leurs composés chimiques sous forme de gaz de pyrolyse. Ces gaz sont conduits par effet de cheminée vers une chambre de combustion située en aval du four : en retrouvant de l’oxygène, ils entrent en combustion et produisent l’énergie thermique nécessaire à l’unité de production ! A la fin de la journée, le biocharbon produit peut être récupéré et utilisé dans les mêmes conditions que le charbon de bois.

20160108_151628.jpg

Une offre compétitive qui a fait ses preuves sur des filières industrielles variées !

Si la technologie H2CP a initialement été développée pour les transformateurs d’anacarde souhaitant réduire leurs propres déchets de coques, depuis sa première application dans le cadre du Projet Cajouvalor (2011), elle a été de nombreuses fois répliquée et adaptée. Aujourd’hui, elle s’applique à toutes les filières ayant des besoins en énergie thermique : production de beurre de karité, séchage de mangue ou de gingembre, huileries, industries non alimentaires, etc. Elle peut facilement être adaptée pour servir des procédés (pyrolyse mais aussi carbonisation, production de briquettes de charbon, etc.) et reposer sur des combustibles variés (coques d’anacarde mais aussi tourteaux de karité, cabosse de cacao, balles de riz, etc.). L’idée étant toujours la même : utiliser les déchets agro-industriels pour alimenter en énergie propre le processus de transformation. La plateforme Agrovalor repose sur une vision pragmatique des besoins et des objectifs des acteurs industriels locaux, avec des solutions adaptées à chacun, après un diagnostic complet de leur processus de production et de leurs objectifs. Cette offre peut aller d’un simple diagnostic à la conception et à la mise en œuvre des solutions proposées : (i) analyse des besoins ; (ii) conception et fabrication des équipements ; (iii) installation sur site ; et (iv) formation du personnel à son utilisation et à sa maintenance, etc. Enfin, l’approche Agrovalor propose un ensemble de matériel qui dépasse le cadre du four H2CP et le complète : installation de chaudières adaptées et d’équipements nécessitant de la chaleur (autoclaves, séchoirs, etc.), structuration de fosses de décantation améliorées et aires de séchage (filière karité), conception de presses à briquettes (biocharbon), de torréfacteurs et de foyers améliorés, etc.

CAJOUVALOR, Valorisation énergétique des coques de noix de cajou

Concrètement, quel est l’impact de l’agrovalorisation des bio-déchets ?

Bénéfices sanitaires et environnementaux

  • Réduction de la déforestation et des gaz à effet de serre : réduction des émissions carbone liés à la consommation intensive de bois de chauffe et protection du couvert forestier.
  • Valorisation et gestion durables des déchets : réduction de la quantité de déchets (réutilisés en combustibles) rejetés dans le milieu naturel.
  • Diminution de la pollution de l’air : réduction de plus de 80% des fumées de combustion.

Bénéfices économiques

  • Renforcement de la compétitivité économique des industries : réduction des charges énergétiques avec la diminution des achats de bois et l’amélioration de l’efficacité énergétique du process de transformation.
  • Valorisation commerciale du biocharbon : production d’un nouveau combustible renouvelable, coproduit de la pyrolyse, pouvant être valorisée sur d’autres marchés.

Prise en compte des spécificités locales

  • Prise en compte des ressources locales pour la fabrication, la réplication et la maintenance des équipements : transfert de compétences via la formation de jeunes techniciens et artisans et le renforcement des équipementiers pour permettre la réplication de la technologie sur le long terme.