cacao_tic_cote_agri_foret_bio_traca.jpg
cacao_tic_cote_agri_foret_bio_traca.jpg
Actualité

A l'épreuve de la filière cacao en Côte d'Ivoire, la Blockchain va-t-elle tenir ses promesses?

Une réunion des opérateurs privés sur la question est organisée à Abidjan le 20 février 2020

La Blockchain véhicule son lot de promesses qui a tout pour séduire.

D'un côté, elle est louée comme la solution de demain pouvant résoudre de nombreux problèmes. Au même titre que sa grande sœur "la traçabilité", elles sont vues comme étant la façon d'amener de la transparence dans les chaînes d'approvisionnement.

Mais, d'un autre côté, cette "traçabilité" est vue également comme une "valeur" qui est utilisée par les entreprises comme une garantie de qualité sans pour autant que ce ne soit ni le cas ni son rôle. Il est important de comprendre que la traçabilité et la Blockchain ne sont que des outils et que ce qu'elles garantissent n'est ni meilleur, ni pire. Elles peuvent même créer l'illusion de l'impact positif. A titre d'exemple François RUF du CIRAD lors de son interview à Public Sénat fustige que pour endiguer la déforestation "la traçabilité est une arnaque" (voir ici). La Blockchain subit les mêmes assauts et après cette phase de "fantasme" autour de la Blockchain, on observe une phase de désillusion, de retour à la réalité. Poussés à l'extrême, selon Sébastien Meunier: "la Blockchain ne supprime pas les intermédiaires, elle ne supprime pas le besoin de confiance, elle ne permet pas de réduire les coûts et, enfin, le monde physique détruit ses propriétés"

Ainsi la Blockchain, comme toute innovation, et dans le cas particulier de la traçabilité des matières premières agricoles, a besoin d'être éprouvée sur le terrain du réel. C'est pourquoi le projet mené sur la filière cacao en Côte d'Ivoire avec Gaiachain (financé par le CTA) a testé sur le terrain, pour les acteurs privés, cette solution à petite échelle afin d'identifier ce qu'elle peut faire et ce qu'elle ne peut pas faire. Le but étant que le secteur profite de cette innovation mais sur des objectifs réalistes et en évitant les faux espoirs.

Un atelier est organisé à Abidjan le 20 février prochain et permettra d'échanger avec les acteurs du secteur du cacao sur les questions suivantes: Mise à l'épreuve du terrain, quelle est la faisabilité de la mise en place de la Blockchain? Quels sont ses apports réels? Quelle est la demande du secteur, notamment des consommateurs?

Sources:
  • Transparent Cocoa Value Chains Mean Better Livelihoods for Farmers in Côte d’Ivoire - TechnoServe (ici)
  • Créer des chaînes d'approvisionnement fluides - CTA (ici)
  • A Chain of Possibilities Scoping the potential of blockchain technology for agri-food production chains in low- and middle-income countries - FairFood (ici)
  • Révolution dans la traçabilité alimentaire, grâce à la blockchain ! - Bureau Véritas (ici)
  • Déconstruire les mythes de la Blockchain - La Tribune (ici)
  • La provenance n’est pas un cas d’usage de la blockchain - Sébastien Meunier (ici)

Actions associées