Le Lab

LAUREL - Planification territoriale pour améliorer la résilience des paysages au Mozambique

Début
mai 2017
Fin
décembre 2018
Coût de l’action
660 000 USD
Rôle dans l'action
Expert modélisation

Pays

Mozambique

Thématiques

Aménagement du Territoire Dégradation-Restauration Modélisation Télédétection

Objectifs principaux

Le program "Planification territoriale pour améliorer la résilience des paysages au Mozambique" (LAUREL) mené par la Banque Mondiale a pour but de soutenir la prise de décision intégrée pour la gestion du paysage au Mozambique, en améliorant les données spatiales sur la dégradation des terres et en développant une plate-forme prototype (LANDSIM) pour simuler, évaluer et réorienter, le cas échéant, les usages et changement d’utilisation des terres

Objectifs spécifiques

O1. Elaborer une état de référence robuste, cohérent, à jour et factuelle sur la dégradation des sols au Mozambique
O2. Elaborer un prototype de simulation de changement d'affectation des terres à l'échelle nationale, spatiallement explicite, permettant d'évaluer l'impact de politique et d’interventions du Mozambique

Bénéficiaires

Gouvernement du Mozambique

Résultats

R1. Une base de données cartographique cohérente au niveau national sur la dégradation des terres ainsi que des informations fiables sur les causes sous-jacentes de la dégradation observée
R2. Un prototype de simulation spatialement explicite de changement d’utilisation des sols permettant d’évaluer les impacts de la politique ou des interventions du gouvernement du Mozambique sur le bien-être des ménages, la production agricole et l’environnement

Activités

A1. Développement d’un état de référence de la dégradation des terres. Pour atteindre cet objectif, nous suivons les dernières directives des conventions internationales des Nations Unies et basons notre développement sur des technologies d’observation de la Terre (analyse de séries chronologiques de télédétection, Google Earth Engine, etc.)
A2. Développement du prototype de simulation de changement d'affectation des sols (LandSIM). Pour cet objectif, nous suivons plusieurs étapes clés: i) estimation de la population et de la densité de population; ii) décrire l'architecture des ménages, les pratiques de production et l'utilisation des ressources naturelles, iii) relier les ménages à l'économie et aux marchés, iv) incorporer les effets du changement climatique, v) concevoir des scénarios futurs, appliquer le modèle et établir un lien avec la politique. Ces modules sont développés à l'aide d'une plateforme de modélisation open source.

Personnes associées

id_photo_2018.jpg
Chargé de projets

Clovis Grinand

Docteur en Systèmes d'Informations Localisées pour l'Aménagement des Territoires, AgroParisTech, Engref et SupAgro Expert, il est expert en travaux de télédétection, pédologie, foresterie, agronomie et géomorphologie et de modélisation sur les projets liés à la forêt et à l'agriculture, développement d’outils innovants, publications scientifiques, études de mesure d’impact

En voir +
copie_de_p6162181.jpg
Chargée de mission

Frédérique Montfort

Actuellement en Thèse, elle est diplômée d'un Master 2 en Biodiversité végétale et gestion des écosystèmes tropicaux (BioGET) de l'Université de Montpellier et AgroParisTech, elle apporte son expertise sur la composante biodiversité et sur la dégradation et la restauration des paysages forestiers

En voir +
copie_de_corentin_mercier_2.jpg
Chargé de projets

Corentin Mercier

Diplômé de l’Ecole Normale Supérieure en biologie et en économie de l'environnement et Ingénieur des Ponts et des Eaux et Forêts, il est expert en appui-conseil aux administrations dans les négociations sur le changement climatique, les politiques publiques forestières et montage de projets REDD+.

En voir +
jean_baptiste_roelens.jpg
Représentant au Mozambique

Jean-Baptiste Roelens

Titulaire d’un master Environnement tropical et valorisation de la biodiversité, il a travaillé pendant 3 ans en Guyane, notamment en tant que chargé d’étude en écologie forestière et pédologie au CIRAD. De 2008 à 2016 il a travaillé pour WWF, à Madagascar, en France puis en République Démocratique du Congo en tant que chargé de programme forêt et climat en appui aux projets de conservation, de restauration de paysage forestier, REDD+ ou de plaidoyer sur des projets d’infrastructure énergétique. Il a rejoint Nitidæ en mai 2016 en tant que chef de projet MOZBIO et dirige maintenant notre représentation au Mozambique.

En voir +
jg.jpg
Chargé de projets

Julien Gonnet

Diplômé d'un Master 2 professionnel en Développement durable de l'Université de Genève et d'une maîtrise de géographie de l'Université Jean Moulin, il apporte son expertise en montage et gestion de projets sur les marchés agricoles, l'utilisation des TIC en agriculture, la mise en place de certifications (biologique, équitable...) et l'ingénieurie de formation

En voir +